La vie et l’œuvre de Hildegarde de Bingen

Hildegarde de Bingen (1098-1179) arrive à huit ans au cloître bénédictin de Disibodenberg, où ses parents la confient à Jutta, fille du comte de Sponheim pour faire son éducation. Dans sa quarante-troisième année, des visions lui annoncent sa mission. Elle a une vision céleste avec une très grande splendeur :

"Les visions que j'ai vues, ce n'est pas dans le sommeil, ni en dormant, ni en extase; je les voies de mes yeux et de mes oreilles humaines intérieurement selon la volonté de Dieu."

La femme, faible et simple, devient une des voix les plus écoutées. Elle compose en trente ans, une trilogie visionnaire : le premier livre, Scivias, composé entre 1141 et 1150, le second, Le Livre des Mérites, le troisième, Le Livre des Oeuvres Divines, magnifiquement illustrée, une théologie du cosmos. Elle présente un Dieu imminent, oeuvrant, opérant avec une énergie divine :

"C'est Moi la vie ignée, l'énergie suprême. C'est moi qui ai enflammé chaque étincelle de vie... J'enflamme la beauté des champs et des prairies, je luis dans les eaux, je brûle dans le soleil, la lune et les étoiles... Je suis la vie, c'est la vie absolue qui est dans toutes les créatures."

Après l'édition de son premier livre, Scivias (Connais les voies du salut et de la guérison), elle fonde sur le Rupertsberg de Bingen, à l'âge de cinquante ans, son premier cloître, qu'elle dirigera comme abbesse. Sur la base de ses visions, elle réunit la théologie, l'éthique, la médecine, la musique et l'art en une compréhension holistique de l'homme, de la création du cosmos.

Richesse exceptionnelle

Hildegarde cultive avec sagesse, les arcanes de la théologie, de la médecine, de la musique. Elle écrivait abondamment sur le rapport entre la créature et Dieu. Elle n'hésitait pas à sortir de la clôture de son monastère pour défendre la vérité et la paix.

Elle a rendu visite aux autorités et même à l'empereur et n'hésitait pas non plus à parler à la foule. Parce qu'elle avait une très grande force spirituelle, on l'appelait la « Prophétesse de la Germanie ». Cela nous montre que l'on ne peut comprendre vraiment Hildegarde, qui était toute pénétrée de Dieu gouvernant le monde, que si l'on est une créature du Père des cieux, qui est Amour et Providence.

Ses œuvres médicales sont aussi marquées par ce point de vue : avec Causae et Curae (les causes et les remèdes), et Physica (science naturelle), Hildegarde de Bingen laisse aussi plus de trois cent lettres. Ces lettres sont adressées dans toute l'Europe aux grands et aux puissants de l'Église et de l'Empire. Elle élève courageusement la voix contre les abus, ne reculant pas même devant la puissance de l'Église. Elle sera frappée d'interdit, un an avant sa mort. C'est à son secrétaire Wibert de Gembloux que nous devons les précisions sur sa vie et les plus belles révélations sur les secrets de ses visions. Bien que n'ayant jamais été canonisée par l'Église, Hildegarde de Bingen est vénérée comme une sainte par ses partisans.

 

La santé et la maladie

Pour Hildegarde de Bingen, l'homme est sain par nature, mais, par son alimentation et son style de vie, il peut influencer, conserver ou détruire cette santé. La valeur subtile, c'est la valeur curative, que la nature peut avoir pour l'homme :
" Dans la création toute entière, dans les arbres, les herbes, les plantes, les animaux, les oiseaux, les poissons et même dans les pierres précieuses, sont cachées des subtilités (des forces curatives) que l'on ne peut connaître que si elles sont manifestées par Dieu. "

Le programme de santé de Hildegarde peut se résumer par six règles d'or. Selon celles-ci, chacun est plus ou moins responsable de sa propre santé, qu'il peut influencer jour après jour, tant de l'intérieur que de l'extérieur. Ces règles sont les suivantes :

  1. Donner la priorité aux remèdes naturels
  2. Les remèdes sont indissociable du régime alimentaire (tous les bons aliments sont considérés comme des médicaments)
  3. S'accorder suffisamment de repos et de mouvements pour éviter le plus possible le stress car le stress est un facteur de perte d'efficacité dans l'action
  4. Un équilibre entre les heures de sommeil et d'activité
  5. Éliminer les humeurs viciées par un nettoyage du corps (par les signée, les ventouses et la moxibustion)
  6. La mise en œuvre de ses forces curatives spirituelles pour transformer les facteurs entraînant la maladie (les vices) en forces de guérison (les vertus)

Ces six facteurs influencent le corps dans toutes ses misères.

 

L'enseignement relatif aux humeurs

Hildegarde se base sur l'enseignement relatif aux quatre humeurs. Des quatre éléments naissent quatre flegmes dont Hildegarde s'est servie pour développer la pathologie des humeurs, et qui jouent un grand rôle dans les principales maladies internes :

  • le flegme sec provenant de la chaleur du feu (également dénommé flegme A)
  • le flegme humide provenant de l'humidité de l'air (flegme B)
  • le flegme écumeux provenant d'un sang trop liquide (flegme C)
  • le flegme tiède provenant de la chair terrestre (flegme D)

 

La doctrine des éléments selon Hildegarde

...dans laquelle nous reconnaissons les quatre constituants du sang :

  • les érythrocytes – le phlegme sec issu de la chaleur du feu
  • le plasma sanguin – le phlegme humide issu de l'humidité de l'air
  • les thrombocytes – le phlegme écumeux issu du sang aqueux
  • les leucocytes – le phlegme tiède issu de la chair terrestre

Du feu, l'homme reçoit la chaleur; de l'air, son souffle; de l'eau, son sang; et de la terre, sa chair...
Ainsi les éléments, quand ils agissent en l'homme de façon ordonnée, le conservent-ils en bonne santé. Quand ils ne maintiennent en lui aucune harmonie, ils le rendent malade et le tuent.

 

Les quatre domaines de la thérapeutique d'Hildegarde

Hildegarde s'est toujours préoccupée, à travers ses visions, de la guérison de l'homme dans sa totalité. Quatre domaines nécessaires à la vie en font partie :

  • le domaine divin
  • le domaine physique
  • le domaine cosmique
  • le domaine psychique

De ces quatre dimensions, des forces curatives affluent vers l'homme et le gardent en bonne santé. Il tombe malade, si elles lui font défaut. Une guérison selon Hildegarde se déroule donc simultanément au niveau de ces quatre domaines.

Le domaine divin

Hildegarde voit les maladies selon la relation avec Dieu. Lorsque cette relation est déchirée, la maladie peut survenir. Grâce à la foi ou au retour à Dieu, des énergies divines et humaines se réunissent pour la guérison. Dieu se trouve en tout processus de guérison, mais l'homme doit faire son possible pour éliminer les causes de la maladie et ne pas se mettre en travers de la guérison. Les forces divines font partie intégrante de l'âme humaine et de la nature... « Ces remèdes sont indiqués par Dieu et libèrent l'homme de ses maladies...»

Le domaine cosmique

La composante cosmique des maladies naît selon Hildegarde, de la dysharmonie de l'homme avec les quatre éléments. Par intermédiaire, l'homme se tient en équilibre avec le cosmos. Les quatre éléments cosmiques sont également les forces curatives de l'âme humaine :
« Les quatre éléments se trouvent dans l'homme et l'homme agit avec eux. Ils sont liés si étroitement entre eux qu'aucun ne peut être séparé des autres. Leur union est si solide qu'on les nomme ¨firmament¨. »

Le domaine physique

Quand les quatre humeurs viennent en déséquilibre, il apparaît des mauvaises humeurs qui se lient à l'acide biliaire et peuvent déclencher des maladies. Cela conduit à une acidification, à une mauvaise irrigation sanguine, à une inflammation et finalement à l'auto agression d'un organe. C'est seulement quand toutes les humeurs sont équilibrées qu'une personne est en bonne santé, ou recouvre la santé. Hildegarde distingue 24 dispositions héréditaires, dont font également partie, à côté des dépressions, des cancers et des rhumatismes, l'insatisfaction permanente et les brusques accès de colère, ce qui est curable grâce aux méthodes de la médecine de Hildegarde.

Le domaine psychique

Les maladies psychiques apparaissent, selon Hildegarde, par manque d'énergie divine et de qualités morales positives. Il est important pour guérir, de rechercher derrière chaque maladie, les messages. Car derrière chaque mal se cache toujours quelque chose de bon : derrière la maladie, la santé; derrière la faiblesse, la force; derrière l'ennemi, l'ami. On peut activer les forces divines de l'âme par le jeûne et les paroles salvatrices.

 

L'élimination des humeurs viciées

Quand l'homme adopte un mode de vie déraisonnable et une alimentation inappropriée, il fabrique des humeurs viciées et ainsi se réserve bien des afflictions. Ces humeurs, Hildegarde les appelle mali humores. Il est bien vrai que la plupart de nos contemporains se laissent envahir par toutes sortes de polluants extérieurs, ce que Hildegarde désigne par noxi humores. En outre, les bactéries, les virus, et les levures sécrètent des poisons ou des toxines, d'où naît ce que Hildegarde appelle les infirmi humores, c'est-à-dire les humeurs pathogènes. C'est précisément pour lutter contre ces surcharges qu'elle a prévu un grand nombre de remèdes d'évacuation par la peau, comme les bains, les saunas, les enveloppements d'organes et les massages.

Voici trois moyens puissants de la médecine de Hildegarde pour éliminer les humeurs viciées :

1.Le jeûne : (qu'on pourrait comparer à une intervention chirurgicale sans bistouri) – suivies de journées de régénération pour l'organisme.
2.La saignée : de nos jours, nombres d'études scientifiques effectuées confirment que la saignée, si elle est pratiquée dans les règles de l'art, présente un certain nombre d'avantages :
-protection contre l'infarctus du myocarde et l'attaque d'apoplexie
-régulation du métabolisme
-réduction de la tension artérielle et du taux de cholestérol dans le sang
-stimulation de la sécrétion de cortisol, voir disparition brusque d'un état inflammatoire
-la saignée fluidifie le sang (en abaissant le pourcentage trop élevé de l'hématocrite), ce qui réduit le risque de thrombose et d'attaque d'apoplexie. Cette méthode qui a fait ses preuves, purifie le sang des poisons (la bile noire ou melanche de Hildegarde) qui entrave la guérison, notamment en cas de maladie qui dure depuis des années. La saignée dont Hildegarde chante les louanges, pourrait donc s'avérer la thérapeutique par excellence de protection contre les maladies, c'est-à-dire de préservation de la santé. Le sang de la saignée permet en outre d'acquérir un certain nombre d'éléments sur les maladies elles-mêmes (pronostic)
3.L'application de ventouses : tout comme la saignée, la scarification (petite incision sur laquelle on applique une ventouse) draine le tissu conjonctif de ses impuretés et permet la guérison des maladies chroniques. Elle est tout particulièrement efficace pour combatte les maux de tête, les bourdonnements d'oreilles et les crises d'asthme, et même pour calmer la douleur physique.

 

Les remèdes de la médecine de Ste Hildegarde

Hildegarde propose :

  • 35 remèdes pour le cœur
  • plus de 100 remèdes contre le rhumatisme et la goutte
  • plus de 100 remèdes pour la peau
  • plus de 150 remèdes contre les maladies gastro-intestinales
  • plus de 100 remèdes contre les affections et maladies de la femme
  • une multitude de remèdes pour la prévention du cancer et pour la prophylaxie des récidives du cancer.

L'assainissement de l'intestin

Avec une longueur de 5 à 7 mètres et une surface de 200 à 300 mètres carrés, l'intestin n'est pas seulement l'organe humain le plus grand, mais il est aussi le plus important et contient dix fois plus de bacilles que notre corps ne comporte de cellules. Cette flore intestinale se trouve en équilibre d'une façon idéale. Notre santé, notre bien-être et notre état d'esprit en dépendent dans une large mesure. Et ce n'est pas tout : 80% de notre système immunitaire est localisé dans notre intestin pour maintenir cette microflore en équilibre. Toute faiblesse immunitaire de la flore intestinale aboutie à des effets néfastes pour tous les organes et donc pour la santé globale de l'homme. C'est dans un déséquilibre que résident les vraies causes des maladies auto agressions observées dans le cancer, le rhumatisme, la polyarthrite, la névrodermite, les allergies et l'asthme. Finalement, le système intestinal est la cible de toutes les réactions psychiques et émotionnelles dues au stress, à la peur, aux soucis, au chagrin, parce que l'intestin et l'âme sont liés réciproquement par un destin commun... En résumé, on peut dire que l'écosystème appelé intestin représente un instrument de mesure pour la qualité de notre système immunitaire et un miroir de notre état d'esprit psychique.

L'assainissement de l'intestin s'effectue en plusieurs étapes :

  • analyse de la flore intestinale
  • assainissement proprement dit à l'aide d'une cure au miel de fenouil des Alpes et rétablissement d'une flore intestinale saine
  • adoption d'un mode de vie en accord avec les six règles d'or définies par Hildegarde. Un mode vie sain est un facteur essentiel, indispensable pour la santé de l'âme et du corps. Il ne peut y avoir de guérison durable que si l'on réforme son mode de vie.

À la cure au miel de fenouil des Alpes, pour l'assainissement de l'intestin, il est important de se convertir au régime alimentaire à base d'épeautre. Hildegarde dit à propos de la cure au fenouil des Alpes : " C'est l'électuaire le plus précieux, il a plus de prix que l'or brut et est plus utile que l'or pur, car il chasse les migraines et atténue les vapeurs chaudes générées par les poires crues dans la poitrine. Il débarrasse aussi l'homme de ses humeurs nocives et fait disparaître les moisissures (champignons)".